Weyersheim accroché

« Si on rapporte un point de Molsheim, ce sera un bon résultat », annonçait le président de Weyersheim juste avant le coup d’envoi. Son vœu a été exaucé, mais il a eu quelques sueurs froides jusqu’à la 80e quand Spenle a trouvé la faille dans la défense locale pour rétablir la parité.

Wassi place sa tête

Car l’Entente a mis beaucoup de cœur dans cette rencontre face au leader et les coéquipiers de Belkhir se sont montrés solides défensivement, profitant du moindre contre pour aller titiller la défense adverse. Alors oui, il n’y a pas eu de nombreuses opportunités en cette première période, excepté ce remarquable coup franc d’Aublin que Jover détourne au prix d’une superbe parade (18e ).

Pendant la première demi-heure, la partie est équilibrée, même si les visiteurs se font plus pressants dans le dernier quart d’heure, Kauffer se mettant en évidence en détournant au-dessus de sa transversale un centre tir de G. Walter (32e ).

Son frère Yoan teste une seconde fois le gardien local à la 37e qui s’oppose de belle manière à la tentative de l’ailier weyersheimois.

Alors qu’on s’acheminait vers un 0-0 à la pause, une action sur le côté droit amorcée par Boesflug et relayée par Aublin se termine par un superbe centre qui trouve la tête de Wassi. Cette fois, Jover est battu (1-0, 45e ).

Au retour des vestiaires, le leader, vexé, prend les choses en main mais les attaques avortent à l’approche de la surface de réparation.

Spenle rentre et marque

Éric Ott et Cédric Mehl lancent leurs trois remplaçants à l’heure de jeu. Parmi eux, Spenle, qui se fait remarquer d’entrée par une longue touche qui sème la panique dans la défense du cru. En embuscade, Munoz lâche une frappe qui passe juste à côté du poteau de Kauffer (73e ).

L’ESME reste vigilante mais les visiteurs se font de plus en plus menaçants.

Spenle bénéficie d’un coup-franc à l’entrée de la surface. Il s’élance et ajuste Kauffer d’une belle frappe, offrant l’égalisation à son équipe (1-1, 80e ). Weyersheim aurait même pu raffler la mise si Kauffer ne s’était pas montré décisif sur la tentative de Kost, Munoz ratant ensuite l’immanquable sur la reprise (88e ).

Mais une défaite bruchoise aurait été injuste, tant les locaux ont fait preuve de solidarité devant une équipe de Weyersheim très joueuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :